Tuc-d'Audoubert, grotte (Montesquieu-Avantès, Ariège, France)

Description

Appartenant au réseau des cavernes du Volp, la grotte du Tuc d'Audoubert a été découverte par les trois fils du comte Bégouën, les 20 juillet et 10 octobre 1912 (fig. 1a). Longue de 640 m, elle se développe sur trois niveaux (fig. 1b) : réseau inférieur, où s'écoule le cours souterrain actif du Volp ; le réseau médian, qui contient les vestiges d'une occupation magdalénienne ; et le réseau supérieur, 12 m plus haut, qui s'étend sur 450 m d'un parcours parfois difficile. Le site archéologique occupe la totalité du réseau médian et la partie aval du réseau supérieur – de vastes salles, dans la partie profonde de ce dernier, ont conservé, sur le sol argileux, de nombreuses traces d'ours des cavernes et celles, plus tardives, du passage des Magdaléniens. Dans le réseau médian, l'habitat le plus important est daté d'il y a 16 500 ans (os brûlé du Balcon 1 avec une date au 14C-AMS de 13 600 ± 110 BP (GifA-102391) soit 16 412 ± 179 cal BP ; Bégouën et al. 2009). Autour d'un foyer, des vestiges d'activités diverses jonchent le sol, au pied des dessins pariétaux, et des fragments d'os sont fichés dans les fissures des parois. Dans le réseau supérieur, l'art pariétal, présent jusqu'à « la chatière », est absent de la seconde moitié du parcours ; il laisse la place aux traces, aux dessins et aux modelages sur les sols argileux, et aux objets déplacés, utilisés ou abandonnés. Les Magdaléniens ont laissé sur les plages d'argile l'empreinte de leurs pieds et de leurs talons. Enfin, tout au fond de la grotte, au centre de la dernière salle, sur un léger promontoire, apparaît un couple de bisons modelés dans l'argile, dénommé « les Bisons d'argile ».

Iconographie

Au Tuc, les manifestations graphiques (n = 371 unités) sont, pour l'essentiel, des signes abstraits ; le type dominant est le claviforme (n = 125). Les animaux (n = 103) sont représentés par le bison (n = 41), le cheval (n = 16), les cervidés (n = 6), le bouquetin (n = 4). Certaines espèces sont réduites à un individu (lion, ours, serpent). La catégorie des « créatures irréelles » (n = 9) est une originalité du site. Deux êtres humains sont également figurés.
Le réseau médian recèle 68 % des dessins figuratifs, contre 32 % pour le réseau supérieur. Les bisons, les chevaux, les bouquetins et les cervidés sont répartis sur l'ensemble de la cavité ; les animaux irréels sont limités aux galeries supérieures, tandis que les hommes, le lion, l'ours et le serpent ne sont dessinés que dans le réseau médian. Dispersés dans tous les secteurs de la grotte, cinq couples de bisons, placés à l'écart des autres figures, apparaissent comme le thème majeur du site, mis en exergue une dernière fois par un modelage dans la dernière salle.

Représentation(s) d'animal(aux)

La caverne du Tuc d'Audoubert comprend quatre représentations de bouquetin : trois dans la Cheminée, l'accès vertical au réseau supérieur, et une au-dessus du carrefour entre la galerie du Bouquetin et le diverticule des Claviformes, dans le réseau médian. Ces quatre animaux sont légèrement gravés dans le calcaire des parois de la grotte. Un seul est parfaitement naturaliste, les autres sont plutôt schématiques. Leur taille varie de la grandeur naturelle (longueur 1,43 m) jusqu'à une réduction de 90 %. Si l'un d'entre eux devait être complet (oblitération par la calcite), deux sont des têtes et un est un protomé. Le tracé des cornes est variable, en simple courbure, sans anneaux. Leur longueur évoque quatre bouquetins mâles. Ils s'inscrivent tous dans des panneaux comprenant d'autres animaux.

Animal(aux) emblématique(s)

Le grand bouquetin situé au-dessus de l'entrée du Diverticule des Claviformes, à 2,70 m du sol peut être considéré comme le bouquetin emblématique du Tuc d'Audoubert (voir Tuc d'Audoubert f.4). Il a donné, du reste, son nom à la galerie où il se trouve, mais il n'en subsiste, hélas, que l'avant-train, le reste disparaissant sous la calcite blanche (fig. 2). L'animal semble bondir, et son allure est celle d'un mâle, même si la corne est courte. Il prend place dans un panneau très altéré par la calcite, mais où figurent un ours, un cheval, un cervidé et des animaux indéterminés pour la plupart réalisés de la même façon, par gravure fine et raclage, une technique exceptionnelle pour ce site.

Références

Licence

Droits

L’ensemble des textes et des images déposés dans la Base Jean Clottes (BJC) sont soumis au droit d’auteur et sont, à ce titre, protégés par les droits de propriété intellectuelle. Toute demande d’utilisation totale ou partielle des textes ou des images doit être soumise au conseil scientifique qui transmettra aux auteurs. Toute utilisation sans accord et citation des auteurs est passible de poursuites judiciaires. Les références doivent être citées comme suit.

Citer ce document

Bégouën, Robert; Pastoors, Andreas 2022. Tuc-d'Audoubert, grotte (Montesquieu-Avantès, Ariège, France) in : Averbouh A., Feruglio V. & Plassard F. Dir. Base Jean Clottes - Animal Representation, Les représentations animales depuis la Préhistoire, "Dossier Bouquetin", mis en ligne le 28 Septembre 2022, actualisé le 21 Mai 2024, consulté le 13 Juin 2024, https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6187

Citer le document original

Bégouën, Robert; Pastoors, Andreas. Tuc-d'Audoubert, grotte (Montesquieu-Avantès, Ariège, France) in : Averbouh A., Feruglio V., Plassard F., Sauvet G. Dir. Bouquetins et Pyrénées - II - Inventaire des représentations animales du Paléolithique pyrénéen. Offert à Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine honoraire, 2022, 654 p.

Filtrer par propriété

Relation
Titre Libellé alternatif Classe
Tuc-d'Audoubert fiche 01
Tuc-d'Audoubert fiche 02
Tuc-d'Audoubert fiche 03
Tuc-d'Audoubert fiche 04

Collections

Coordonnées géographiques *

43.0231971741, 1.19661903381

Nom du site

Département / Région

Pays

* Pour des raisons de sécurité des sites archéologiques, les géolocalisations signalées dans la BJC pointent vers les mairies des communes considérées.