La Vache, grotte (Alliat, Ariège, France)

Description

La grotte de La Vache est située dans la vallée du Vicdessos, à proximité du bassin de Tarascon, sur la commune d'Alliat. Exposée au sud, elle s'ouvre à 595 m d'altitude, face à la grotte de Niaux . Un double porche conduit à trois salles principales (fig. 1a) : la salle Garrigou, la salle Monique et la salle triangulaire (Gailli 2003).
La salle Garrigou est fouillée dès le xixe siècle, notamment par F. Garrigou (1867) et F. Régnault (1872). R. Robert y reprend des recherches en 1941, avant de se consacrer à la salle Monique qu'il fouille jusqu'en 1964 (Robert & Allard 2003). Des travaux complémentaires sont réalisés entre 2006 et 2009 sous la direction d'A. Averbouh et Y. Le Guillou (2006).
La salle Monique témoigne d'occupations répétées par des groupes culturellement homogènes (Clottes 2003) : foyers, zones de production intensive des équipements lithiques et osseux, grande quantité de faune et possibles zones de dépeçage, etc. L'étude de la faune (Pailhaugue 2003) a, du reste, mis en évidence une sélection cynégétique en faveur du bouquetin (n = 1831) et du lagopède des neiges (n ≥ 4000), et montré que la grotte a principalement été fréquentée entre l'automne et le début du printemps. Toutefois, les vestiges accumulés ont formé un ensemble archéologique atteignant par endroits 1 mètre d'épaisseur, que R. Robert a subdivisé arbitrairement en tranches ou « couches » (numérotées de 1 à 4), sans pouvoir établir de distinction sédimentologique. La fréquentation de la grotte est donc considérée d'un point de vue global. Les différentes occupations ont pris place entre l'oscillation tempérée du Bölling et la fin du ̎ Dryas II ̎ (Leroi-Gourhan & Thiébault 2003), ce que confirment globalement les datations 14C : 12 850 ± 60 BP (GrN-2026), soit 15 342 ± 118 cal BP, à la base de la couche 4 ; 12 540 ± 105 BP (GrN-2025), soit 14 756 ± 252 cal BP (Vogel & Waterbolk 1963), à la base de la couche 2 et, pour la même tranche, une date légèrement plus ancienne de 12 800 ± 140 BP (GIF-7603), soit 15 262 ± 257 cal BP (Leroi-Gourhan & Thiébault 2003) ; 11 650 ± 200 BP (L-336), soit 13 506 ± 211 cal BP (Movius 1960), pour la couche 1, complétées par une série de datations par AMS de 13 490 ± 120 BP (couche 4 entrée salle), soit 16 255 ± 186 cal BP, et de 13 650 ± 130 BP (couche 4 fond salle), soit 16 489 ± 207 cal BP, et de 13 770 ±140 BP (possible jonction entre couches 2 et 3) soit 16 657 ± 224 cal BP. À ces occupations du Magdalénien succèdent une occupation azilienne, puis, après une longue phase d'interruption, des passages datant probablement de la phase moyenne de l'âge du Bronze.
Site majeur du Magdalénien supérieur et final des Pyrénées connu pour l'exceptionnelle variété et l'abondance de son matériel archéologique (des objets en matières dures animales [n = 3 500], avec plus d'un millier de déchets de travail du bois de cervidé – Averbouh 2000, 2005 –, des déchets de taille du silex [n = 30 000], des outils lithiques [n = 6350], de nombreux restes fauniques [n = 142 000]), la grotte de La Vache a fait l'objet d'une importante monographie publiée sous la direction de J. Clottes et H. Delporte (2003).

Iconographie

La grotte de La Vache est célèbre pour son art mobilier : très abondant, d'une grande diversité dans ses thèmes et ses techniques, il comprend plusieurs pièces exceptionnelles, comme les lissoirs dits aux Ours ou la Frise des Lionnes, le Sceptre, le tube* à la Scène d'Initiation, la pendeloque* au Cheval sautant, le bâton percé* de « la Chasse à l'Aurochs » (respectivement inventoriées sous les numéros : MAN 83 067, MAN 83 347, MAN 83 346, MAN 83 355, MAN 83 351, MAN 83 364) – qui comptent parmi les chefs-d'œuvre de l'art paléolithique (fig. 2).
Les décors sont gravés ou sculptés, parfois peints, sur des galets et des objets de l'équipement en matières osseuses*. Parmi les deux cent huit sujets figurés sur quatre-vingt-quinze pièces, J. Clottes et H. Delporte (2003) ont décompté, outre des animaux indéterminés (n = 41), des caprinés (essentiellement des bouquetins [n = 34, soit 16 % du total des figures animales], qui arrivent en tête du bestiaire identifié de la grotte). Suivent le cheval (n = 21, soit 10 %), le bison (n = 16, soit 8 %), l'aurochs (n = 3, soit 1,5 %), les cervidés (n = 24, soit 12 %), l'ours (n = 11, soit 5 %), les poissons (n = 11, soit 5 %), les oiseaux (n = 8, soit 4 %), les félins (n = 4, soit 2 %), la saïga (n = 3, soit 1,5 %), les animaux marins (n = 3, soit 1,5 %), le loup (n = 2, soit 1 %) et un carnivore indéterminé (n = 1), les rongeurs (n = 2, soit 1 %), et, pour finir, un animal fantastique (n = 1). La trilogie pyrénéenne classique, cheval-boviné-bouquetin, domine donc à La Vache, mais dans un ordre inhabituel puisque c'est la seule fois que le capriné arrive largement en tête. Autre fait exceptionnel, le spectre des espèces représentées est très large (n = 16), avec des animaux rares, comme l'antilope saïga, le loup, l'isard ou les rongeurs.
Dans la majorité des cas, les animaux sont en profil absolu ; toutefois, une part non négligeable (près de 15 %) est vue de face ou de dos. Ils sont, dans l'ensemble, traités de façon naturaliste, avec de nombreux détails, mais peuvent aussi être schématisés. Les compositions les disposant en frise ou affrontés peuvent évoquer des scènes (Buisson 1996b, Clottes & Delporte 2003). Les anthropomorphes (7 % des figurations) sont, comme d'usage, tous schématiques ; certains sont armés et groupés, comme dans la scène de la Chasse à l'Aurochs (fig. 2). Les décors géométriques (motifs angulaires, chevrons, quadrillages, lignes, pointillés, etc.), typiques du Magdalénien supérieur et final, sont surtout présents sur les objets en matières osseuses, mais ne concernent que 14 % de cet équipement* (Baffier et al. 2003).
L'art mobilier de la grotte de La Vache présente plusieurs points de convergence avec l'art pariétal de Niaux – datations (Valladas et al. 1992, Clottes 1995) ou « recettes » des colorants (Buisson et al.1989, Clottes et al.1990) –, qui autorisent à penser que leurs auteurs pourraient, au moins en partie, être les mêmes. Cette relation entre un grand site d'art mobilier et une grotte décorée majeure est rarissime (Clottes & Delporte 2003).

Représentation(s) d'animal(aux)

Avec trente-quatre figures – dont une inédite, identifiée à l'occasion de la préparation de cet ouvrage (La Vache f.10) –, le bouquetin est l'animal majoritaire (environ 20 %) du bestiaire de La Vache. Peu de sujets sont représentés entiers (à peine 15 %) : ils sont le plus souvent, et plus encore que pour les autres herbivores, figurés par une tête ou par un protomé et sont en grande majorité de profil et tournés vers la gauche. Cependant, dix-sept autres sujets sont vus de face – c'est l'espèce dominante pour ce mode de représentation, qui est d'ailleurs un thème connu du Magdalénien final, en particulier cantabrique (Utrilla 1990, Clottes 1995, Rivero Vilá 2021 [Bouquetins et Pyrénées, tome I]). Ces bouquetins de face se singularisent donc par leur nombre, mais aussi parce qu'ils sont figurés entiers (voir, par exemple, La Vache f.27).
Les bouquetins représentés montrent, dans leur majorité (n = 27), des indications saisonnières. Si, par son comportement, le couple central de la baguette aux Bouquetins affrontés (La Vache f.28 et 29) évoque l'automne, tous les autres renvoient à l'hiver. Les uns (n = 3) sont pourvus du long pelage hivernal, avec la bande dorsale bien marquée, les autres sont associés à plusieurs de leurs congénères, illustrant les regroupements hivernaux de mâles et de femelles. De fait, les bouquetins sont souvent organisés en composition, voire en frise, sur un même objet : quatre sujets sur la baguette précédemment citée (La Vache f.28 à 31) ; trois sur une ellipse (La Vache f.24 à 26) ; cinq sur la côte à la Frise de Bouquetins (La Vache f.16 à 20) ; cinq sur un fragment de côte (La Vache f.11 à 14) ; deux sur les faces opposées du Lissoir* aux Ours (La Vache f.9 et 10) ; deux sur un compresseur (La Vache f.1 et 2) ; deux sur un tube en os d'oiseau (La Vache f.22 et 23). Les autres, représentés à l'unité, sont généralement associés à d'autres motifs, figuratifs ou géométriques (n = 9). Seuls deux d'entre eux sont isolés (La Vache f.32 et 33).
À l'image des autres animaux du bestiaire de l'art mobilier de La Vache, les bouquetins sont très majoritairement traités de façon schématique (près de 90 %, selon Clottes & Delporte 2003). Dans quelques cas cependant, traitement naturaliste et traitement schématique sont associés sur une même pièce, comme sur le Lissoir aux Ours (La Vache f.9) ou sur l'exemplaire aux bouquetins emblématiques (voir ci-dessous).
Comparer les représentations des bouquetins de Niaux et celles de La Vache mène à quelques constats : dans « la grotte sanctuaire » (Niaux), le bouquetin joue un rôle relativement mineur (14 % du bestiaire représenté), alors qu'il est numériquement le plus important dans l'art mobilier de « la grotte habitat » (La Vache) ; comme pour les autres espèces, les bouquetins de Niaux sont majoritairement tournés vers la droite alors qu'ils le sont vers la gauche à La Vache. En élargissant à l'ensemble des distinctions marquant les iconographies des deux grottes, on peut avancer que, en dépit d'un indiscutable fonds commun, elles présentent des différences suffisamment importantes pour supposer que les Magdaléniens ne leur aient pas attribué le même rôle (Clottes & Delporte 2003).

Animal(aux) emblématique(s)

Les figures représentées sur un fragment de côte d'herbivore provenant de la salle Monique (La Vache f.11 à 14, fig. 3) sont emblématiques à plus d'un titre : gravure de grande qualité, mixité des styles et illustration du thème pyrénéen des vues de face. La cassure de l'objet ne permet plus de lire l'ensemble des motifs, mais on peut encore voir, de droite à gauche, un protomé très réaliste de bouquetin, trois têtes schématisées vues de face et deux pattes arrière potentiellement attribuables à la même espèce.
Le protomé réaliste, au cou allongé, est tourné vers la gauche. Le museau est arrondi, une narine y est esquissée ainsi qu'une bouche. Deux lignes ponctuées parallèles animent la joue et doublent le contour du chanfrein et du front. Le maxillaire est gravé de façon très légère. L'œil est placé très en arrière, l'oreille est pointue, et les cornes, courtes, indiquent une femelle. Une série de courbes parallèles, dans la même obliquité que les cornes et entre lesquelles s'insère un point, prend place au-dessus du cou.
Les trois têtes schématiques évoquent des vues de face, avec des cornes divergentes flanquées d'oreilles pointues tracées en simple trait. Chaque face est profondément gravée de deux lignes convergentes avec, pour la seconde, un remplissage fait de lignes pointillées moins appuyées.
Un autre bouquetin – un protomé – mérite d'être considéré comme emblématique : celui du Lissoir Aurochs et Bouquetin (La Vache f.21), il est plus abouti sur le plan technique et stylistique que les autres (fig. 4). Cette tête est particulièrement expressive, grâce à la précision du modelé et au soin des détails. Les contours sont souples, délinéant les moindres détails de l'ossature et de l'insertion des muscles. L'œil oblong est parfaitement placé ; l'oreille est dressée à l'arrière de la corne, après un espace ; les naseaux et la bouche animent le museau. Trois lignes de petites incisions parallèles traduisent le modelé et le pelage. La corne, après la double inflexion typique de Capra pyrenaica, s'évase étonnamment, à moins qu'on ait voulu exprimer la seconde corne dans une perspective de profil strict.

Licence

Droits

L’ensemble des textes et des images déposés dans la Base Jean Clottes (BJC) sont soumis au droit d’auteur et sont, à ce titre, protégés par les droits de propriété intellectuelle. Toute demande d’utilisation totale ou partielle des textes ou des images doit être soumise au conseil scientifique qui transmettra aux auteurs. Toute utilisation sans accord et citation des auteurs est passible de poursuites judiciaires. Les références doivent être citées comme suit.

Citer ce document

Averbouh, Aline; Feruglio, Valérie 2022. La Vache, grotte (Alliat, Ariège, France) in : Averbouh A., Feruglio V. & Plassard F. Dir. Base Jean Clottes - Animal Representation, Les représentations animales depuis la Préhistoire, "Dossier Bouquetin", mis en ligne le 28 Septembre 2022, actualisé le 21 Mai 2024, consulté le 25 Juin 2024, https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6188

Citer le document original

Averbouh, Aline; Feruglio, Valérie. La Vache, grotte (Alliat, Ariège, France) in : Averbouh A., Feruglio V., Plassard F., Sauvet G. Dir. Bouquetins et Pyrénées - II - Inventaire des représentations animales du Paléolithique pyrénéen. Offert à Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine honoraire, 2022, 654 p.

Collections

Coordonnées géographiques *

42.8169, 1.58639

Nom du site

Commune

Département / Région

Pays

* Pour des raisons de sécurité des sites archéologiques, les géolocalisations signalées dans la BJC pointent vers les mairies des communes considérées.