Fuente del Trucho, grotte (Asque-Colungo, Huesca, Espagne)

Description

La grotte de Fuente del Trucho (fig. 1a) est située dans la vallée du Vero (bassin du Cinca) sur le ravin de Villacantal, dans la partie centrale du versant sud des Pyrénées. Il s'agit d'une grotte de moyenne montagne, orientée au sud-est, près d'une source, et sur un emplacement stratégique qui permet de contrôler le passage du gibier.
La grotte a été découverte en 1978 par une équipe dirigée par V. Baldellou, du musée de Huesca et de l'université de Saragosse. Depuis, sept campagnes de fouilles ont été conduites dans la grotte. Un premier sondage a été réalisé par A. Mir et V. Baldellou entre 1979 et 1986 dans les niveaux moustériens. De nouvelles fouilles ont ensuite été entreprises par P. Utrilla, L. Montes et R. Domingo dans les niveaux du Paléolithique récent en 2005, 2014 et 2016 (Utrilla et al. 2014).
La grotte est formée de deux lobes (fig. 1b), où l'on peut différencier deux salles bien délimitées. Dans la plus petite salle, on trouve des gravures profondes. L'ouverture zénithale circulaire (de 2 m par 1,5 m) est l'élément le plus significatif, elle offre une entrée de lumière, à midi en septembre, permettant d'éclairer un grand ours (de 1,5 m) qui occupe la position principale (Utrilla et al. 2015). La salle plus grande, faiblement éclairée, possède vingt-et-un panneaux peints en rouge, sur le plafond et les parois est et nord.
À l'extérieur, au pied des gravures, les fouilles ont mis au jour un niveau argileux attribué au Gravettien. Une datation 14C-AMS sur un seul os a donné un âge de 26 020 ± 150 BP (Beta-392868) soit 30 286 ± 253 cal BP. À l'intérieur, au pied du panneau du bouquetin peint, le dépôt était remanié, mais on a récupéré des matériaux lithiques qui pourraient appartenir, selon la typologie, à l'Aurignacien, au Gravettien, au Solutréen et même, peut-être, au Magdalénien. D'autre part, les datations 14C-AMS (chacune sur un seul os) de 31 880 ± 220 BP (Beta-365760) soit 35 779 ± 255 cal BP et 20 800 ± 100 BP (GrA-29915) soit 25 077 ± 188 cal BP et TL sur un silex brûlé, de 13 244 ± 945 (MADN-4624.BIN), confirment une occupation de la grotte tout au long du Paléolithique. De fait, la grotte de Fuente del Trucho a constitué un habitat récurrent pendant toutes les phases du Paléolithique récent, mais aussi plus anciennement, au Moustérien. Il est l'unique sanctuaire pariétal connu sur le versant sud des Pyrénées, en position centrale du territoire, avec une forte liaison avec les grottes du versant nord (Gargas, Bédeilhac), du Levant (El Parpalló), l'Andalousie (grotte Las Estrellas et Palomas) et de la côte cantabrique (La Pasiega C, La Haza ; Utrilla & Bea 2015).

Iconographie

L'art de Fuente del Trucho relève de l'art pariétal. Dans le sanctuaire extérieur, on a décompté des figures gravées (n = 7), représentant ours (n = 2, auxquels s'ajoutent les empreintes d'une patte et d'une griffe sculptées), cervidé (n = 1, probablement un renne), cheval (n = 1) et une figure indéterminée (cheval, canidé ou félin ; Utrilla et al. 2013). Dans la salle intérieure, on a recensé au moins 70 mains négatives dans quatorze panneaux, pour lesquelles la calcite les recouvrant a été datée par U/Th, leur attribuant un âge supérieur à 27 370 ans. Plusieurs présentent des doigts aux phalanges incomplètes. De nombreuses rangées de points, en quatre panneaux, sont datées de la même façon par U/Th pour un âge supérieur à 31 170 ans ; des signes tréflés (n = 5) en deux panneaux, ont un âge supérieur à 24 550 ans. En ce qui concerne le bestiaire, les représentations de chevaux (n = 7 plus 2 douteuses) forment le thème animalier le plus fréquent. Il s'agit de têtes et de figures complètes, dont certaines, les plus anciennes, se situeraient entre le Gravettien et le Solutréen ancien, d'après les datations U/Th (Hoffman et al. 2017) et la séquence stylistique de la grotte d'El Parpalló (Villaverde 1994). En effet, la figure de cheval (ou de bovidé sans cornes ?) à long museau et crinière courbée en avant, a donné une datation U/Th de la calcite supérieure à 29 160 BP, qui permet de dater d'autres figures similaires de La Pasiega C ou de La Haza. On y distingue en plus un cheval à pattes parallèles ouvertes (une convention fréquente au Solutréen moyen d'El Parpalló) avec une datation U/Th de 25 400 ans, opposé à un autre petit cheval, présentant tous les deux la courbe cervico-dorsale très accentuée. Mais d'autres chevaux plus détaillés évoqueraient le style III, Solutréen avancé, comme deux du panneau VI. L'un est associé à un signe tréflé, avec l'œil et la ligne de la bouche dessinés, la crinière à traits verticaux et le cou rayé. L'autre, très similaire aux chevaux gravés de Siega Verde, possède sur le ventre la typique ligne en « M » et les pattes ouvertes, convention qui apparaît aussi sur le cerf. Mais il est possible que toutes les peintures soient à peu près contemporaines, dans une phase ancienne du Gravetto-Solutréen (Utrilla & Bea 2021).
En ne tenant compte que des figurations animales, le cheval représente 52,9 % du bestiaire (n = 9 dont 2 gravés et 7 peints), l'ours 23,5 % (n = 4 dont 11,7 % sans extrémités), les cervidés 11,7 % (n = 2) et le bouquetin près de 5,8 % (n = 1). Mais en ajoutant le décompte des mains à ces figures animales, ces pourcentages descendent respectivement à 13,4 %, 5,9 %, 2,9 % et 1,5 %, les mains représentant à elles seules 74,6 % (ca. 70) des motifs. Les séries de points ne sont, en revanche, pas quantifiables.
Dans ce sanctuaire extérieur, les figures sont toutes exécutées en gravure profonde, à l'exception de l'ours principal et de sa griffe, réalisés par excision. À l'intérieur, toutes les figures ont été peintes en rouge, sauf deux mains noires sur le plafond – similaires à d'autres du Grand Plafond d'Altamira –, et quelques mains, points, et un possible cheval, peints en jaune.

Représentation(s) d'animal(aux)

Une seule figuration de bouquetin a été recensée à Fuente del Trucho (fig. 2). Le bouquetin apparaît à l'intérieur d'une niche dont le contour naturel a peut-être été mis à profit pour y représenter l'arrière-train. L'animal est figuré la tête levée, dont il manque le museau, suivant la convention stylistique nommée TTN (triple trait naturaliste), individualisée par Villaverde (1994) au Parpalló, dans les niveaux du Solutréen ancien et moyen (quatorze exemplaires entre biches et bouquetins).
En ce qui concerne les parallèles stylistiques (Utrilla & Bea 2015) on peut citer, dans la même position et le même style, une biche peinte en rouge de la grotte de Nerja, individualisée aussi dans une colonne stalagmitique et datée par 14C-AMS de 24 130 ± 140 BP soit 28 532-27 832 cal BP (panneaux 111-156 de « Los Órganos ») et 20 980 ± 100 BP soit 25 600–25 060 cal BP (panneau 220), d'après les traces d'éclairage (Medina et al. 2010-2011). Une datation similaire (TL) est attribuée au bouquetin du panneau IV/6 de La Garma, autour de 26 000 BP (González Sainz 2003) et la biche gravée d'Antoliñako Koba sur un galet daté de 27 390 ± 320 BP (Aguirre 2007). La plaquette 18 100 d' El Parpalló est l'exemplaire le plus semblable parmi les quatorze figures TTN trouvées dans les niveaux solutréens (Villaverde 1994). Le bouquetin peint en rouge de La Lloseta offre aussi une allure similaire (Balbín et al. 2005). Enfin, toutes les biches gravées de la vallée du Nalón et du Chufín présentent la même position de tête levée, museau ouvert et trait trilinéaire.

Références

Villaverde 1994, González Sainz 2003, Balbín et al. 2005, Ripoll et al. 2005, Aguirre 2007, Medina et al. 2010-2011, Utrilla et al. 2012, Utrilla et al. 2014, Utrilla & Bea 2015, Utrilla et al. 2015a, Hoffmann et al. 2017, Utrilla & Bea 2021.

Licence

Droits

L’ensemble des textes et des images déposés dans la Base Jean Clottes (BJC) sont soumis au droit d’auteur et sont, à ce titre, protégés par les droits de propriété intellectuelle. Toute demande d’utilisation totale ou partielle des textes ou des images doit être soumise au conseil scientifique qui transmettra aux auteurs. Toute utilisation sans accord et citation des auteurs est passible de poursuites judiciaires. Les références doivent être citées comme suit.

Citer ce document

Utrilla, Pilar; Bea, Manuel 2022. Fuente del Trucho, grotte (Asque-Colungo, Huesca, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V. & Plassard F. Dir. Base Jean Clottes - Animal Representation, Les représentations animales depuis la Préhistoire, "Dossier Bouquetin", mis en ligne le 28 Septembre 2022, actualisé le 21 Juin 2023, consulté le 28 Novembre 2023, https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6199

Citer le document original

Utrilla, Pilar; Bea, Manuel. Fuente del Trucho, grotte (Asque-Colungo, Huesca, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V., Plassard F., Sauvet G. Dir. Bouquetins et Pyrénées - II - Inventaire des représentations animales du Paléolithique pyrénéen. Offert à Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine honoraire, 2022, 654 p.

Filtrer par propriété

Relation
Titre Libellé alternatif Classe
Fuente del Trucho fiche 01

Collections

Coordonnées géographiques *

42.1725064667543, 0.06377118465736407

Nom du site

Commune

Département / Région

Pays

* Pour des raisons de sécurité des sites archéologiques, les géolocalisations signalées dans la BJC pointent vers les mairies des communes considérées.