Urtiaga, grotte (Deba, Guipuscoa, Espagne)

Description

La grotte d'Urtiaga se trouve dans le quartier de Itxaspe-Itziar sur la commune de Deba (Guipuscoa). Il s'agit de l'un des rares gisements de Guipuscoa (où sont aussi localisés Aitzbitarte, Ermittia, Ekain ou Torre) qui a livré des objets d'art mobilier. Sa découverte, en 1928, a été le fruit d'une prospection dirigée par T. de Aranzadi et J.M. de Barandiarán. Les fouilles, entreprises dès l'année de la découverte, se sont poursuivies jusqu'en 1936. Les résultats ont été publiés en 1948 dans la revue Eusko-Jakintza. Des années plus tard, entre 1954 et 1959, J.M. de Barandiarán a repris les travaux en solitaire.
La séquence stratigraphique comprend des niveaux depuis la fin du Solutréen ou le début du Magdalénien jusqu'à l'âge du Fer. Les horizons les plus riches sont les niveaux E et D, attribués au Magdalénien supérieur et final, sans exclure la possibilité d'une occupation du Magdalénien moyen dans la base du niveau E (González Sainz 1989 : 120-133, Ruiz Idarraga & Berganza 2008 : 101-102).

Iconographie

Le gisement archéologique d'Urtiaga a livré onze objets d'art mobilier, dont quatre portent des représentations figuratives. Les sept objets avec décor non figuratif sont six sagaies et un fragment d'os. Les motifs représentés sont des croix, des signes angulaires et signes barbelés. Les quatre objets ornés de motifs animaliers réunissent les figurations de 2 bouquetins, 2 chevaux, 1 aurochs, 1 renne et 3 animaux indéterminés. Parmi les pièces à décor figuratif, on peut retenir, pour leurs nombreuses figures et leurs codes de représentation particuliers, un compresseur en limonite (fig. 2) et une plaquette de grès.
En effet, le compresseur montre plusieurs animaux en vue de face : deux aurochs au recto, un protomé de bouquetin (voir ci-après et Urtiaga f.1) et un autre animal accompagné d'un signe au verso, ainsi que de nombreuses lignes gravées, sur les deux faces. Il s'agit de stries courtes plus ou moins parallèles et perpendiculaires à l'axe longitudinal du galet.
La plaquette est décorée sur ses deux faces ; l'une montrant une tête de bouquetin (Urtiaga f.2 et voir ci-après), l'autre un renne presque complet, deux pattes d'un animal indéterminé et une série de lignes qui pourraient représenter un animal acéphale. D'après le remontage réalisé, seuls les deux fragments supérieurs ont été gravés avant cassure, tandis que le morceau inférieur a été gravé après la fracturation de la pièce. Cela signifie que le bouquetin a toujours été représenté fragmentaire.
Les deux autres pièces avec un décor figuratif – un compresseur/percuteur* et un fragment d'hématite avec des traces de raclage – montrent respectivement un avant-train de cheval et un cheval presque complet avec un museau pointu, une ligne cervico-dorsale qui se poursuit jusqu'à la queue, le début du train arrière, la ligne de ventre et une patte antérieure. Superposés à cette figuration se trouvent deux motifs non figuratifs : une croix et un signe triangulaire.

Représentation(s) d'animal(aux)

Les représentations de bouquetins de la grotte d'Urtiaga sont au nombre de deux. Elles ont été inventoriées dès les premières études du gisement et dans le premier catalogue de l'art mobilier cantabrique (Aranzadi & Barandiarán Ayerbe (de) 1934, Barandiarán Maestu 1973). Elles diffèrent dans leurs formes et dans leurs techniques de réalisation.
La première se trouve sur un galet de limonite utilisé comme compresseur daté du Magdalénien supérieur-final (niveau D ; Ruiz Idarraga & Berganza 2008, Rivero et al. 2014). Il s'agit d'un bouquetin en vue de face (Urtiaga f.1), réalisé par des incisions de profil en « U », avec deux ou trois passages de l'outil pour chaque ligne, et des accidents d'exécution comme des sorties involontaires et des décalages dans l'approfondissement du sillon. On retrouve également une erreur d'exécution du point de vue formel avec une possible troisième oreille. Stylistiquement, c'est une figure qui présente les caractéristiques standardisées des figurations de bouquetins en vue de face, deux cornes ouvertes en « V » à ligne simple, deux oreilles (avec une possible rectification d'une troisième), et deux lignes qui figurent très probablement la face et/ou le cou, sans qu'on puisse écarter qu'il s'agisse d'une vue de derrière et non de face. Néanmoins, la position des oreilles plaide pour la deuxième interprétation.
La deuxième représentation se trouve sur un petit fragment de plaquette découverte dans le niveau D, également attribué au Magdalénien supérieur (González Sainz 1984). Il s'agit d'un protomé, gravé, qui est le bouquetin emblématique du site (voir ci-après).
Ces figurations de bouquetins d'Urtiaga s'inscrivent clairement dans les conventions du Magdalénien supérieur. C'est le cas pour le bouquetin en vue de face, signalé à de nombreuses reprises dans d'autres sites contemporains (Rivero et al. 2014, Rivero 2021 [Bouquetins et Pyrénées, t. I] ), mais également pour la figuration de profil, qui montre une absence de détourages et de détails internes, similaire à celle de certaines figures de La Vache (Ariège, France).

Animal(aux) emblématique(s)

Réalisé avec un haut degré de naturalisme, il présente une corne courte rendue par un double trait, une petite oreille de forme triangulaire et des détails anatomiques comme la bouche, le museau et l'œil (fig. 3 et Urtiaga f.2). Du point de vue technique, la figure est homogène. Le tracé est obtenu par un seul passage de l'outil, avec des incisions présentant un profil en « U ». Le maxillaire et le cou présentent des corrections dans l'exécution. L'usure du support empêche une bonne lecture de l'oreille et de l'œil, qui ne sont plus très visibles de nos jours.

Licence

Droits

L’ensemble des textes et des images déposés dans la Base Jean Clottes (BJC) sont soumis au droit d’auteur et sont, à ce titre, protégés par les droits de propriété intellectuelle. Toute demande d’utilisation totale ou partielle des textes ou des images doit être soumise au conseil scientifique qui transmettra aux auteurs. Toute utilisation sans accord et citation des auteurs est passible de poursuites judiciaires. Les références doivent être citées comme suit.

Citer ce document

Rivero Vilá, Olivia; Salazar, Sergio 2022. Urtiaga, grotte (Deba, Guipuscoa, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V. & Plassard F. Dir. Base Jean Clottes - Animal Representation, Les représentations animales depuis la Préhistoire, "Dossier Bouquetin", mis en ligne le 28 Septembre 2022, actualisé le 21 Mai 2024, consulté le 16 Juin 2024, https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6202

Citer le document original

Rivero Vilá, Olivia; Salazar, Sergio. Urtiaga, grotte (Deba, Guipuscoa, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V., Plassard F., Sauvet G. Dir. Bouquetins et Pyrénées - II - Inventaire des représentations animales du Paléolithique pyrénéen. Offert à Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine honoraire, 2022, 654 p.

Filtrer par propriété

Relation
Titre Libellé alternatif Classe
Urtiaga fiche 01
Urtiaga fiche 02

Collections

Coordonnées géographiques *

43.294422402183464, -2.3542338153426363

Nom du site

Commune

Département / Région

Pays

* Pour des raisons de sécurité des sites archéologiques, les géolocalisations signalées dans la BJC pointent vers les mairies des communes considérées.