Chufín, grotte (Riclones, Rionansa-Cantabrie, Espagne)

Description

La grotte de Chufín se trouve dans le canton de Rionansa, près du village de Riclones et à l'intérieur de la retenue du barrage de Palombera, qui a été construit dans les années 1960 et dont le niveau de l'eau atteint presque l'entrée de la cavité. La confluence des rivières de Lamasón et Nansa se trouve à quelques mètres.
L'accès à l'intérieur de la cavité se fait à travers une galerie presque colmatée dans la partie initiale et qui se prolonge en de plus amples dimensions, avec des plateformes et chatières latérales, surtout dans la paroi gauche. À peu près à 50 m de l'entrée, dans la partie la plus large de la galerie, un lac bloque actuellement l'accès à quelques petites galeries, toutefois sans traces d'art pariétal (Almagro 1973).
Le gisement a été fouillé par V. Cabrera Valdés et F. Bernaldo de Quirós dans le Vestibule, identifiant un niveau du Solutréen supérieur daté par 14C de 17 420 ± 200 BP (21 061 ± 278 cal BP), ainsi que d'autres niveaux sous-jacents avec des industries peu diagnostiques. L'étude palynologique est en accord avec cette date (Boyer-Klein 1980). Bien que les données disponibles soient très limitées, Chufín a été utilisée dans le débat actuel sur l'origine du Magdalénien cantabrique et l'extension du Badegoulien (Utrilla 2004).

Iconographie

Les représentations pariétales se trouvent dans deux aires bien différenciées. D'un côté, elles se situent dans les blocs extérieurs de l'abri, en plein air, avec au moins trois panneaux de gravures profondes. De l'autre, à l'intérieur, elles sont concentrées dans les 10 m précédant le lac, à environ 40 m de l'entrée, sur une plateforme dont les parois gauche et droite ainsi que le plafond ont été utilisés comme support.
La première unité topographique est constituée par l'ensemble extérieur situé dans le vestibule de la cavité au pied du gisement. On y trouve une série de biches trilinéaires réalisées au moyen de la technique de la gravure profonde, ainsi qu'un bison et des traits indéterminés réalisés avec la même technique. Il s'agit pour l'essentiel d'un grand bloc posé sur le sol.
Le second ensemble, à l'intérieur de la cavité, montre à droite quelques gravures d'interprétation difficile ainsi que plusieurs graphies zoomorphes rouges, des traits appariés et des barres de cette même couleur. À gauche, sur une plateforme en pente, se trouvent des rangs de points rouges, une tête de capriné de la même couleur et quelques ensembles de gravures : quelques-unes fines qui figurent deux chevaux, un bovidé et un cerf, et d'autres plus profondes et simples de deux bisons acéphales et deux biches.
Finalement, on peut distinguer trois ensembles différents sur le plan stylistique. Le premier regroupe les gravures profondes de l'entrée qui sont très semblables à celles de la vallée du Nalón, attribuées à un Gravetto-Solutréen. À l'intérieur de la grotte, nous avons un deuxième groupe de peintures rouges d'aspect archaïque qui est sans doute antérieur aux gravures extérieures, et un dernier groupe de gravures beaucoup plus fines avec des détails anatomiques (notamment un cheval, qui s'apparente à des figures de chronologie compatible avec le gisement de l'entrée), et des bisons gravés de style comparable aux figures de l'intérieur et de l'extérieur. En tout cas, nous sommes dans un contexte artistique antérieur au Magdalénien.

Représentation(s) d'animal(aux)

Une possible représentation de bouquetin est peinte en rouge sur la paroi gauche de la grotte finale. Cette identification n'est, toutefois, pas assurée car les caractéristiques anatomiques de l'animal sont peu déterminantes. Il a d'ailleurs été publié comme un possible cervidé (Gárate Maidagán 2010, González Sainz 2010) même si les cornes bien parallèles sont plutôt attribuables à un capridé. La question demeure actuellement. Son association à des chevaux très schématiques, des nuages de points, et une possible Vénus le situerait chronologiquement bien avant le Magdalénien, probablement au Gravettien, à l'instar des phases les plus anciennes de Llonín (Gárate Maidagán 2010).

Licence

Droits

L’ensemble des textes et des images déposés dans la Base Jean Clottes (BJC) sont soumis au droit d’auteur et sont, à ce titre, protégés par les droits de propriété intellectuelle. Toute demande d’utilisation totale ou partielle des textes ou des images doit être soumise au conseil scientifique qui transmettra aux auteurs. Toute utilisation sans accord et citation des auteurs est passible de poursuites judiciaires. Les références doivent être citées comme suit.

Citer ce document

Gárate Maídagán, Diego; Rivero Vilá, Olivia; Ontañón Peredo, Roberto 2022. Chufín, grotte (Riclones, Rionansa-Cantabrie, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V. & Plassard F. Dir. Base Jean Clottes - Animal Representation, Les représentations animales depuis la Préhistoire, "Dossier Bouquetin", mis en ligne le 28 Septembre 2022, actualisé le 21 Mai 2024, consulté le 16 Juin 2024, https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6209

Citer le document original

Gárate Maídagán, Diego; Rivero Vilá, Olivia; Ontañón Peredo, Roberto. Chufín, grotte (Riclones, Rionansa-Cantabrie, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V., Plassard F., Sauvet G. Dir. Bouquetins et Pyrénées - II - Inventaire des représentations animales du Paléolithique pyrénéen. Offert à Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine honoraire, 2022, 654 p.

Filtrer par propriété

Relation
Titre Libellé alternatif Classe
Chufín fiche 01

Collections

Coordonnées géographiques *

43.25554888318165, -4.405951084657363

Nom du site

Commune

Département / Région

Pays

* Pour des raisons de sécurité des sites archéologiques, les géolocalisations signalées dans la BJC pointent vers les mairies des communes considérées.