El Cuco, grotte (Castro Urdiales, Cantabrie, Espagne)

Description

La grotte d'El Cuco se trouve à l'ouest du Haut de San Andres, dans la ville de Castro Urdiales (Cantabrie). La grotte a été découverte au cours des années 1960 par un amateur local. Les manifestations graphiques pariétales ont été étudiées par M.A. García Guinea (1968). Au début du xxie siècle, leur révision a été entreprise par E. Muñoz, R. Montes, A. Gómez et P. Rasines (2007), qui ont incorporé de nouvelles manifestations, notamment quelques peintures rouges.
La cavité, orientée à l'est, est de dimension réduite, avec une entrée d'à peine 3,5 m de hauteur pour 3 m de large, qui donne accès à une galerie linéaire de 105 m de longueur, qui ne contient presque pas de spéléothèmes. Dans la zone de l'entrée, il existe une galerie parallèle à la principale, beaucoup plus étroite.
La grotte renferme des niveaux du Paléolithique récent, de l'Épipaléolithique et du Mésolithique, ainsi qu'une inhumation de l'âge du Bronze. On connaît mal la séquence stratigraphique de la grotte, mais un abri adjacent (abri d'El Cuco) contient des niveaux du Paléolithique récent initial et du Moustérien. L'entrée de la grotte, pratiquement vidée au cours du xxe siècle, conserve les restes d'un petit amas coquillier du Mésolithique adhérents à la paroi par la calcite. Sous celui-ci s'en trouve un autre important, de près de 1 m d'épaisseur formé de Patella vulgata et de Littorina littorea, daté probablement de l'Épipaléolithique. Plus bas se trouvent les niveaux du Paléolithique récent, dont au moins un niveau du Solutréen.
On ne sait rien de l'occupation saisonnière du lieu, mais l'exploitation des ressources marines au cours du Paléolithique et de l'Épipaléolithique suggère un usage préférentiel pendant les mois d'hiver.

Iconographie

La grotte contient deux ensembles pariétaux, l'un peint et l'autre gravé, de chronologie différente. Curieusement, le premier se trouve sur la paroi gauche et le second sur la paroi droite.
L'ensemble peint comprend vingt-neuf unités graphiques, et la majorité d'entre elles réalisées à l'ocre rouge. Ce sont des taches ou des disques isolés, un panneau constitué de lignes parallèles et un petit rectangle rempli d'ocre rouge que nous pensons attribuer au Gravettien, en raison de la présence d'un signe rectangulaire caractéristique de cette période dans la région cantabrique (Muñoz et al. 2007). Les peintures sont réalisées au moyen de tracé linéaire simple utilisant un crayon d'ocre et en teinte plate appliquée directement avec la main.
L'ensemble gravé, connu depuis les travaux de García Guinea, comprend 12 unités graphiques : 3 cerfs, 2 chevaux, 1 bouquetin, ainsi que 3 gravures linéaires complexes et 2 autres simples. Toutes les gravures sont faites à l'aide de traits fins et uniques, parfois répétés, ou même d'incisions plus profondes. Dans un cas, le raclage de la paroi a également été utilisé. Ces gravures sont attribuables à un moment compris entre le Solutréen supérieur et le Magdalénien moyen, mais les caractéristiques et les comparaisons nous font pencher pour le Magdalénien inférieur cantabrique (Muñoz et al. 2007).

Représentation(s) d'animal(aux)

Il y a une seule représentation de bouquetin, gravée en trait fin et unique. C'est la seule qui nous semble certaine, bien que García Guinea (1968) signale une seconde représentation de bouquetin, limitée à la tête et à de longues cornes. Nous avons écarté cette figure qui nous semble uniquement constituée de fissures naturelles (Muñoz et al. 2007).
Le bouquetin (fig. 2) se trouve à environ 90 m de l'entrée, quasiment au fond de la grotte. Il est isolé sur une paroi calcaire comportant des fissures et des concrétions carbonatées qui délimitent la figure. Cette figure naturaliste est tracée en profil gauche d'un simple trait de contour. Comme les autres représentations animalières de la grotte, nous pensons qu'elle appartient au Magdalénien inférieur cantabrique.
Bien que ce bouquetin soit isolé, on peut l'envisager comme appartenant à l'ensemble homogène (sur le plan technique et stylistique) que forment les autres gravures de la grotte.

Licence

Droits

L’ensemble des textes et des images déposés dans la Base Jean Clottes (BJC) sont soumis au droit d’auteur et sont, à ce titre, protégés par les droits de propriété intellectuelle. Toute demande d’utilisation totale ou partielle des textes ou des images doit être soumise au conseil scientifique qui transmettra aux auteurs. Toute utilisation sans accord et citation des auteurs est passible de poursuites judiciaires. Les références doivent être citées comme suit.

Citer ce document

Muñoz Fernández, Emilio; Montes Barquín, Ramón 2022. El Cuco, grotte (Castro Urdiales, Cantabrie, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V. & Plassard F. Dir. Base Jean Clottes - Animal Representation, Les représentations animales depuis la Préhistoire, "Dossier Bouquetin", mis en ligne le 28 Septembre 2022, actualisé le 21 Mai 2024, consulté le 15 Juin 2024, https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6212

Citer le document original

Muñoz Fernández, Emilio; Montes Barquín, Ramón. El Cuco, grotte (Castro Urdiales, Cantabrie, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V., Plassard F., Sauvet G. Dir. Bouquetins et Pyrénées - II - Inventaire des représentations animales du Paléolithique pyrénéen. Offert à Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine honoraire, 2022, 654 p.

Filtrer par propriété

Relation
Titre Libellé alternatif Classe
El Cuco fiche 01

Collections

Coordonnées géographiques *

43.38425105708438, -3.2176071693147277

Nom du site

Commune

Département / Région

Pays

* Pour des raisons de sécurité des sites archéologiques, les géolocalisations signalées dans la BJC pointent vers les mairies des communes considérées.