El Linar, grotte (La Busta, Cantabrie, Espagne)

Description

La grotte d'El Linar se trouve dans la partie centrale de la côte cantabrique dans la localité de La Busta (Alfoz de Lloredo). C'est une grande cavité encore active, parcourue par une rivière souterraine, qui appartient à un réseau karstique développé sur 7,4 km. Les deux entrées principales s'ouvrent sur la face sud d'un petit massif calcaire, proche de la côte, nommé Monte Barbecha. Sur le versant nord de ce massif, à seulement 3 km de la côte, se trouve la grotte de Las Aguas. Les autres sites d'art paléolithique proches sont Altamira (5,6 km), Cualventi (5 km), La Clotilde (5,8 km) et La Redonda (0,7 km).
Identifié par H. Alcade del Río dès le début du xxe siècle, le site d'El Linar a fait l'objet de diverses études, des années 1950 jusqu'à maintenant. Outre de nombreux vestiges attribuables au Paléolithique inférieur et moyen, au Solutréen et à l'âge du Bronze, découverts dans le lit de la rivière, les fouilles ont permis d'identifier des vestiges moustériens et de reconnaître des niveaux d'occupations attribuables au Solutréen, au Magdalénien inférieur, moyen et supérieur/final et à l'Azilien (Moure Romanillo 1971-1972). Ce dernier ensemble a livré une rondelle* décorée d'un cheval de style pyrénéen (De las Heras et al. 2007-2008).
Les œuvres pariétales ont été découvertes en 1979-1980 par E. Muñoz et C. San Miguel, accompagnés d'autres membres du CAEAP, dans le vestibule oriental, qui offre les meilleures conditions d'occupation et de conservation. Une couverture photographique numérique durant l'été 2012 a permis de réinterpréter certaines figures et d'apporter quelques éléments nouveaux dans la lecture de cet ensemble.

Iconographie

Bien que modeste, l'ensemble pariétal de la grotte d'El Linar présente un grand intérêt. Il est réparti entre deux galeries étroites et contiguës, accessibles depuis le vestibule oriental. La première, nommée plafond des Gravures, occupe un plafond plat et calcité, orné de gravures figuratives et abstraites (fig. 1a et 1b). La seconde, dite Galerie des Vulves, consiste en une représentation vulvaire de grande dimension.
Le plafond des Gravures (fig. 2), une galerie d'environ 1 m de large et 4,50 m de longueur, présente des gravures exécutées sur la face inférieure d'un plancher stalagmitique situé à 0,70 m du sol. Cette disposition a dû contraindre le graveur à travailler couché sur le dos. Ces conditions expliquent sans doute les dimensions réduites des images, qui forment plusieurs petits groupes de l'entrée vers le fond
Groupe A : il réunit un signe triangulaire complexe, une encornure de bouquetin et une tête de bouquetin, décrite plus loin.Groupe B : outre des tracés mal conservés où l'on peut éventuellement lire des cervidés et un bovidé, une figuration féminine schématique – exceptionnelle dans la région cantabrique –, assimilable aux vénus magdaléniennes, se dégage de cet ensemble.Groupe C : plus loin, et dans un autre champ manuel, nous trouvons une tête d'animal profondément gravée mais d'interprétation délicate, qui a parfois été décrite comme un hypothétique léporidé, bien que les oreilles ressemblent davantage à des cornes. Cette image est flanquée de signes linéaires.Groupe D : il regroupe des signes linéaires gravés et un signe quadrangulaire.
La galerie des Vulves se situe à gauche de la précédente. C'est un conduit étroit de section ogivale, avec deux rétrécissements en forme de fuseau allongé situés l'un après l'autre et franchissables seulement par reptation. Cette morphologie naturelle a dû évoquer pour les Paléolithiques celle d'une vulve puisqu'ils en ont souligné le pourtour de larges incisions transversales (San Miguel Llamosas & Muñoz Fernández 2000). Pour franchir le premier rétrécissement, il a fallu briser des stalagmites, aujourd'hui reconcrétionnées. Derrière cette étroiture, difficilement franchissable, on accède à une petite chambre limitée par un second rétrécissement, qui reproduit la forme ogivale du premier, bien qu'il soit encore plus étroit. Cette forme vulvaire de grande taille n'est pas unique – une autre, gravée, de 1 mètre de haut, a été découverte à Aitzbitarte-IV (Gárate et al. 2018). Mais la particularité de celle d'El Linar est qu'il est possible, même si cela est difficile, de la traverser.

Représentation(s) d'animal(aux)

La première figuration de capriné décrite à El Linar serait celle d'un bouquetin mâle en profil gauche, très schématique et doté de deux grandes cornes (San Miguel Llamosas & Muñoz Fernández 2010 : 104), mais selon notre point de vue, ce que l'on interprète comme le museau est un signe triangulaire associé à une encornure de bouquetin apparemment isolée.
Immédiatement à côté, et semblant former une composition, se trouve la figuration certaine d'un autre capriné (fig. 3). On peut lire la tête et le cou, profondément gravés, en profil gauche, en extension vers l'avant dans un style naturaliste. Les détails anatomiques sont indiqués avec réalisme : le museau pointu avec le naseau, la bouche, l'œil ovale, l'oreille et deux cornes courtes et recourbées à leur extrémité. Cette figure est souvent interprétée comme une représentation d'isard (Rupicapra rupicapra), bien qu'à notre avis, il puisse s'agir d'une femelle ou d'un jeune de l'espèce bouquetin (Capra pyrenaica).
Les conventions de représentation rappellent celles des gravures de têtes de biche du Magdalénien inférieur, tant pariétales (Castillo, Altamira) que mobilières (des omoplates des deux grottes), mais on pourrait également trouver des parallèles avec des œuvres d'art mobilier du Magdalénien moyen ou supérieur.

Licence

Droits

L’ensemble des textes et des images déposés dans la Base Jean Clottes (BJC) sont soumis au droit d’auteur et sont, à ce titre, protégés par les droits de propriété intellectuelle. Toute demande d’utilisation totale ou partielle des textes ou des images doit être soumise au conseil scientifique qui transmettra aux auteurs. Toute utilisation sans accord et citation des auteurs est passible de poursuites judiciaires. Les références doivent être citées comme suit.

Citer ce document

Luis Serna Gancedo, Mariano; Bustamante Camus, Antonio 2022. El Linar, grotte (La Busta, Cantabrie, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V. & Plassard F. Dir. Base Jean Clottes - Animal Representation, Les représentations animales depuis la Préhistoire, "Dossier Bouquetin", mis en ligne le 28 Septembre 2022, actualisé le 21 Mai 2024, consulté le 24 Juin 2024, https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6219

Citer le document original

Luis Serna Gancedo, Mariano; Bustamante Camus, Antonio. El Linar, grotte (La Busta, Cantabrie, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V., Plassard F., Sauvet G. Dir. Bouquetins et Pyrénées - II - Inventaire des représentations animales du Paléolithique pyrénéen. Offert à Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine honoraire, 2022, 654 p.

Filtrer par propriété

Relation
Titre Libellé alternatif Classe
El Linar fiche 01
El Linar fiche 02
El Linar fiche 03

Collections

Coordonnées géographiques *

43.37891054868244, -4.181734130685272

Nom du site

Commune

Département / Région

Pays

* Pour des raisons de sécurité des sites archéologiques, les géolocalisations signalées dans la BJC pointent vers les mairies des communes considérées.