Roc-de-Sers, abri et grottes (Sers, Charente,France)

Description

Le site-habitat du Roc de Sers (Sers), creusé dans les calcaires du Turonien supérieur, s'ouvre sur une quarantaine de mètres de long sur la rive droite de la vallée du Roc (Charente). Il comprend deux petites cavités, une grotte partiellement sondée en 1908 par A. Favraud, et un abri. Lors de ses fouilles dans l'abri effondré, entre 1919 et 1933, le docteur L. Henri-Martin met au jour une quinzaine de gros blocs rocheux sculptés, gravés et peints détachés de la paroi, aujourd'hui conservés au musée d'Archéologie nationale (MAN, Saint-Germain-en-Laye). À partir de 1995, S. Tymula entreprend une révision des données archéologiques anciennes et l'étude des blocs ornés (Tymula 2002). Malgré quelques incertitudes, il semble bien qu'un seul niveau d'occupation soit présent, attribuable au Solutréen supérieur. Les données techno-typologiques sur l'abondante industrie lithique (plusieurs dizaines de milliers de pièces) et celles sur l'industrie osseuse (une centaine d'objets), industries qui demeurent originales dans le contexte du Solutréen franco-ibérique, confirment l'attribution chrono-culturelle qu'une date 14C-AMS réalisée sur os situe à 19 230 ± 300 BP (Gif-3609), soit 23 189 ± 357 cal BP. Une date plus récente, également effectuée sur os, donne un âge plus jeune : 17 090 ± 160 BP (GifA-97329), soit 20 622 ± 214 cal BP. Quelques objets de parures (n = 17) et d'art mobilier sur support lithique (n = 17) complètent cette riche série solutréenne.

Iconographie

L'art du Roc de Sers est à la fois pariétal et mobilier.
La série mobilière rassemble 17 plaquettes lithiques gravées (schiste, grès et calcaire), dont 6 à décors figuratifs (3 bisons, 2 chevaux, 1 ours, 1 capriné et 1 figure indéterminée), et 11 à tracés linéaires en bandes ou en faisceaux. Une vingtaine d'outils (entiers ou non) en os ou bois de renne portant des décors géométriques et quelques pendeloques, sans décor, façonnées à partir de dents, d'os, de coquilles, de lignite et de dioxyde de manganèse complètent la série des objets supposés « symboliques ». Mais l'art du Roc de Sers est surtout connu pour sa frise pariétale sculptée, anciennement démantelée et visible aujourd'hui dans les vitrines du MAN. La frise, rapportée à la première phase d'occupation du site, traitée en haut-relief, en demi-relief ou en relief par réserve et retaille, mesurait une dizaine de mètres de long et prenait originellement place le long de la ligne d'abris située entre les deux cavités. Elle est aujourd'hui composée de 19 fragments sur lesquels 52 entités graphiques ont été inventoriées : 31 figures animales (9 chevaux, 8 bouquetins, 4 bisons, 4 animaux indéterminés, 2 rennes, 1 bison-sanglier, 1 bison-ovibos, 1 oiseau et 1 boviné), 2 figures humaines, 10 tracés indéterminés, 5 signes peints et 3 anneaux.

Représentation(s) d'animal(aux)

Hormis la tête de capriné disposée en profil gauche et finement gravée sur une plaquette de schiste, les autres bouquetins du Roc de Sers, au nombre de huit, sont gravés et sculptés sur quatre fragments de la frise (fragments H, O, R et S). La relecture fine des sculptures (Tymula 2002) a permis d'identifier deux figures inédites, sur les fragments O et R. Le fragment H, d'une cinquantaine de centimètres de long montre un bouquetin incomplet, accidentellement réduit à sa partie inférieure. Le fragment O, long de 1 m, porte l'affrontement bien connu de deux bouquetins mâles, de 30 à 40 cm de long, aux longues cornes recourbées. Un protomé de bouquetin d'une vingtaine de centimètres de long est situé sous le ventre de l'animal de gauche. Ces figures sont associées à un tracé indéterminé et à une ébauche d'anneau d'angle. Le fragment R, de presque 1 m de long, montre un grand bouquetin mâle en profil droit, long de plus de 50 cm. L'avant-train franchement relevé donne à l'animal un port altier accentué par deux puissantes cornes. Un petit protomé de bouquetin, d'une dizaine de centimètres, est disposé devant la patte avant gauche du grand animal. Un bison acéphale et un anneau d'angle complètent le dispositif iconographique. Le dernier fragment (S), de 70 cm de long, est assez dégradé. Un grand bouquetin acéphale en profil droit, d'une quarantaine de centimètres de long, occupe toute la partie inférieure du bloc ; sa croupe est superposée au protomé d'un autre petit bouquetin (15 cm de long environ). Ces deux caprinés sont associés à un petit bison.

Animal(aux) emblématique(s)

Les deux mâles affrontés vigoureusement sculptés en demi-relief sur le fragment O constituent les représentations de bouquetins les plus emblématiques du Roc de Sers. Le bloc sur lequel ils sont sculptés appartient au deuxième ensemble pariétal défini par S. Tymula, à l'extrémité ouest de l'abri rocheux, par opposition au premier ensemble du dispositif iconographique, à l'est, dominé par le cheval. Un des caractères remarquables de ces représentations de mâles adultes est précisément la nature de leur animation. Les deux individus offrent « l'un des affrontements les plus expressifs de tout l'art paléolithique » (Azéma 2010 : 213) et certainement l'un des plus violents. La position des corps semi-cabrés et leur affrontement traduit un moment âpre et précis de la vie de l'animal : la période du rut, durant l'automne, où les mâles combattent pour dominer leur harem. Le premier animal, en profil gauche, est le plus complet mais aussi le plus puissant des deux individus. L'avant-train est contracté et particulièrement musculeux. Les membres antérieurs, courts et trapus, projetés vers l'avant sont figurés dans un mouvement qui accentue la propulsion du corps. La petite tête triangulaire semble rentrée dans le tronc sous l'effet du choc frontal. Les cornes, longues et courbées (vue de trois quarts pour la plus éloignée du spectateur), traduisent aussi l'intensité et la dynamique du mouvement. Le corps en extension, prolongé par une petite queue horizontale, s'appuie sur des membres postérieurs courts et en mouvement, bien que plus altérés par la fracture du support. Sous la ligne abdominale, fortement ascendante vers l'arrière, le sexe est clairement marqué. Enfin, entre les flancs et le ventre, un relief discret suggère une nuance de pelage, comment on la connaît sur l'animal vivant. Face à ce mâle conquérant, le second individu, en profil droit, dépourvu d'arrière-train à la suite de la fracture du support, semble plus gracile, plus lointain également, peut-être en difficulté. La longue et épaisse corne courbée en demi-cercle ne laisse aucun doute sur le sexe de cet individu disposé en symétrie par rapport à son congénère. Malgré quelques négligences dans le tracé de certains détails, comme la tête réduite à un maigre triangle sans détails, l'animal dégage une certaine intensité dans la dynamique des mouvements, notamment ceux des membres antérieurs, courts et trapus, comme ceux de l'autre animal. Si cet individu fait bonne figure face à son redoutable adversaire, l'issue du combat semble prévisible.

Références

Licence

Droits

L’ensemble des textes et des images déposés dans la Base Jean Clottes (BJC) sont soumis au droit d’auteur et sont, à ce titre, protégés par les droits de propriété intellectuelle. Toute demande d’utilisation totale ou partielle des textes ou des images doit être soumise au conseil scientifique qui transmettra aux auteurs. Toute utilisation sans accord et citation des auteurs est passible de poursuites judiciaires. Les références doivent être citées comme suit.

Citer ce document

Paillet, Patrick 2022. Roc-de-Sers, abri et grottes (Sers, Charente,France) in : Averbouh A., Feruglio V. & Plassard F. Dir. Base Jean Clottes - Animal Representation, Les représentations animales depuis la Préhistoire, "Dossier Bouquetin", mis en ligne le 28 Septembre 2022, actualisé le 21 Mai 2024, consulté le 20 Juin 2024, https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6245

Citer le document original

Paillet, Patrick. Roc-de-Sers, abri et grottes (Sers, Charente,France) in : Averbouh A., Feruglio V., Plassard F., Sauvet G. Dir. Bouquetins et Pyrénées - II - Inventaire des représentations animales du Paléolithique pyrénéen. Offert à Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine honoraire, 2022, 654 p.

Collections

Coordonnées géographiques *

45.5992164612, 0.345970004797

Nom du site

Commune

Département / Région

Pays

* Pour des raisons de sécurité des sites archéologiques, les géolocalisations signalées dans la BJC pointent vers les mairies des communes considérées.