Domingo García, ensemble rupestre (Santa María la Real de Nieva, Ségovie, Espagne)

Description

L'ensemble gravé de plein air de Domingo García se trouve sur la commune de Santa María la Real de Nieva (Ségovie, Castille-et-León, Espagne) au sud-est de la dépression du Duero dans la vallée de l'Eresma, un affluent de la rive gauche du Duero, à un peu plus de 40 km au nord-est de la ville de Ségovie. Cet ensemble s'étend sur plus de 110 km2 (Santos 2013 : 264) et compte au moins cinq sites contenant des gravures paléolithiques (Ripoll & Municio 1999 : 59-196, 2001 : 183, Pecci 2014 : 13). L'altitude moyenne est de 900 à 990 m au-dessus du niveau de la mer.
Les premières publications mentionnant les gravures datent des années 1920, puis des années 1970 (Tuñón Mallada 1929 : 9-11, Gonzalo Quintanilla 1970 : 6, Lucas Pellicer 1974 : 60), mais ce n'est que dans les années 1980 que l'ampleur du site a été clairement démontrée (Martín & Moure 1981 : 97-108, Balbín et al. 1982 : 8-9, Balbín & Moure 1988 : 16-24) et que l'existence d'une phase paléolithique a été proposée pour un cheval piqueté, situé sur la roche 12 du Cerro de san Isidro (Balbín & Moure 1988 : 20).

Iconographie

Pour l'ensemble paléolithique, l'incision, presque toujours au trait fin et peu profond, est de loin la plus utilisée sur ce support d'ardoise paléozoïque (Jordá Pardo 2012 : 95), la technique du piquetage demeurant rare.
Les travaux de prospection archéologique des années 1990 ont révélé le caractère exceptionnel de cet ensemble composé de plusieurs sites : Le Cerro de san Isidro, Las Canteras, Miguelañez, Valdebernardos et la Dehesa de Carbonero (Ripoll & Municio 1992, 1999, 2001, Ripoll et al. 2003). Sur un total de 41 roches, on compte au moins 115 motifs gravés paléolithiques dont 86 figuratifs (Ripoll & Municio 1999 : 197) : chevaux (n = 43), cervidés (n = 18), caprinés (bouquetins et isards ; n = 16), bovinés (n = 9), et des zoomorphes indéterminables (n = 29). De nombreuses figures ont été récemment vandalisées.
Avec près de 50 % du total des gravures paléolithiques, Le Cerro de san Isidro (fig. 1b) est le site le plus complexe et le plus remarquable. Le reste se partage en 46 % pour les sites de Las Canteras et de La Dehesa de Carbonero et seulement 4 % pour Valdebernardos et Miguelañez (Ripoll & Municio 1999 : 197). Tous font de l'ensemble rupestre de Domingo García un site majeur pour l'art de plein air (Clottes 1997).
La plupart des auteurs attribuent les motifs figuratifs de Domingo García au Solutréen final et au Magdalénien initial (Ripoll & Municio 1999 : 236, 2001 : 195, Ripoll et al. 2003 : 183, Cacho et al. 2010 : 127). Il est impossible d'être plus précis en l'absence de datation directe et de relations avec des sites d'occupation, bien que certains traits se rapportent également au Magdalénien récent (Vázquez Marcos 2014 : 280, 2015 : 852 et 857).
De même, certaines figures zoomorphes doivent se situer entre la fin du Pléistocène et le début de l'Holocène, non seulement au Cerro de san Isidro (Ripoll & Municio 1999 : 88-89 et 108-109), où l'on relève un quadrupède indéterminé (roche 26.I.A.1) et une biche striée (roche 39.II.A.1), mais aussi à Las Canteras (Ripoll & Municio 1999 : 129-130), sur les roches 1.C.2 et 3. Ce style graphique profondément enraciné dans la tradition naturaliste paléolithique se caractérise par des représentations de tendance schématique et géométrisante, des corps fusiformes avec d'abondants remplissages internes et peu d'attention portée aux détails et aux extrémités qui se terminent en pointe. Aux zoomorphes, majoritairement des cerfs, bouquetins et chevaux, s'ajoutent des motifs non figuratifs, comme on l'observe également à Siega Verde (Bueno et al. 2008 : 266-268), dans la vallée du Côa (Baptista 2009 : 188-189, Reis 2014 : 36), à Arroyo de las Almas (Reis & Vázquez Marcos 2015), dans certains abris du Levant espagnol (Martínez Valle et al. 2003 : 279-290) et même dans quelques grottes profondes comme La Palomera de Ojo Guareña, dans la province de Burgos (Corchón 2006 : 127). Cet horizon graphique est daté par 14C-AMS entre 12 000 et 9 000 BP soit environ 13 900-10 200 cal BP (Bueno et al. 2008 : 283, García & Cacho 2015 : 32).

Représentation(s) d'animal(aux)

Une grande homogénéité formelle a été signalée pour les seize bouquetins inventoriés à Domingo García, principalement regroupés sur le site de Las Canteras (Ripoll & Municio 1999 : 197, Vázquez Marcos 2015 : 852 et 857). Pour autant, cela n'implique pas qu'ils soient contemporains, car l'homogénéité peut être plus ou moins forte entre des figures ou sites de même chronologie.
Le style et les conventions les plus fréquents sont l'usage généralisé de la technique d'incision, la taille réduite, l'abondance des protomés, le bout du nez arrondi avec une fréquente absence de détails anatomiques comme les oreilles, les orbites oculaires, les narines, la barbe ou la bouche. La mandibule, l'encolure et le poitrail rectilignes, de même que les lignes cervico-dorsales et les représentations des ventres, peuvent être observés, ce qui n'est pas le cas général de l'ensemble graphique. Les extrémités des antérieurs et des postérieurs sont rarement représentées, de même que les lignes de séparation des couleurs du pelage. Quant à la perspective, elle peut être biangulaire, droite ou oblique, ou totalement absente (profil absolu).

Animal(aux) emblématique(s)

La figure que l'on peut retenir comme emblématique est un bouquetin complet en profil droit, disposé le long d'une fissure légèrement descendante sur la roche 15A du Cerro de san Isidro (Ripoll & Municio 1999 : 75-77). Ce panneau comprend six autres motifs : deux motifs figuratifs indéterminables et de multiples tracés non figuratifs, tous exécutés en gravure simple, plus ou moins fine ou profonde.
La roche verticale est bien conservée, malgré certains actes de vandalisme qui affectent essentiellement la figure principale. On peut observer l'encolure et le poitrail légèrement sinueux, et la tête avec représentation de l'orbite oculaire ronde, accolée à la ligne fronto-nasale. L'animal a deux cornes parallèles, en perspective uniangulaire, incurvées vers l'arrière, dont l'une présente une double courbure. Deux petits traits obliques peuvent représenter une oreille ou le pelage. Les tracés des cornes sont superposés à la ligne cervico-dorsale. Celle-ci se termine par une queue courte et ouverte.
Les deux antérieurs ont été réalisés par des traits doubles, très raides, qui s'achèvent en pointe. Leur position divergente confère à l'animal un dynamisme dont manquent les autres figures du site. Pour les pattes postérieures, on observe différentes rectifications, notamment sur celle qui se termine en pointe. La ligne ventrale convexe se poursuit jusqu'au sternum.
De petits traits s'observent à l'intérieur de la tête du bouquetin : ils peuvent indiquer des limites de coloration du pelage. L'un d'eux court parallèlement à la ligne fronto-nasale et se poursuit jusqu'au-dessus des pattes avant. L'animal mesure 13 cm de longueur pour une hauteur de 10 cm.

Références

Tuñón Mallada 1929, Gonzalo Quintanilla 1970, Lucas Pellicer 1974, Martín & Moure 1981, Balbín et al. 1982, Balbín & Moure 1988, Ripoll & Municio 1992, Clottes 1997, Ripoll & Municio 1999, 2001, Martínez Valle et al. 2003, Ripoll et al. 2003, Corchón 2006, Bueno et al. 2008, Baptista 2009, Cacho et al. 2010, Pecci & Ripoll 2011, Jordá Pardo 2012, Santos 2013, Pecci 2014, Reis 2014, García & Cacho 2015, Reis & Vázquez Marcos 2015, Vázquez Marcos 2015, 2017.

Licence

Droits

L’ensemble des textes et des images déposés dans la Base Jean Clottes (BJC) sont soumis au droit d’auteur et sont, à ce titre, protégés par les droits de propriété intellectuelle. Toute demande d’utilisation totale ou partielle des textes ou des images doit être soumise au conseil scientifique qui transmettra aux auteurs. Toute utilisation sans accord et citation des auteurs est passible de poursuites judiciaires. Les références doivent être citées comme suit.

Citer ce document

Vázquez Marcos, Carlos 2022. Domingo García, ensemble rupestre (Santa María la Real de Nieva, Ségovie, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V. & Plassard F. Dir. Base Jean Clottes - Animal Representation, Les représentations animales depuis la Préhistoire, "Dossier Bouquetin", mis en ligne le 28 Septembre 2022, actualisé le 21 Juin 2023, consulté le 11 Décembre 2023, https://animal-representation.cnrs.fr/s/bjc/item/6255

Citer le document original

Vázquez Marcos, Carlos. Domingo García, ensemble rupestre (Santa María la Real de Nieva, Ségovie, Espagne) in : Averbouh A., Feruglio V., Plassard F., Sauvet G. Dir. Bouquetins et Pyrénées - II - Inventaire des représentations animales du Paléolithique pyrénéen. Offert à Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine honoraire, 2022, 654 p.

Collections

Coordonnées géographiques *

41.0689, -4.40441

Nom du site

Département / Région

Pays

* Pour des raisons de sécurité des sites archéologiques, les géolocalisations signalées dans la BJC pointent vers les mairies des communes considérées.